dimanche 21 octobre 2018

19 octobre pause

Namaste,

Nuit douce. Il a même fallu que je réveille Marcel pour le petit-déjeûner.
Le fond de la vallée est dans le brouillard dans la matinée, c'est pourquoi elle est surnommée: le lac blanc.
Petite ballade sur les hauteurs pour apercevoir au loin le Daulaghari, les Annapurnas et même le Manaslu.

C'est le dernier jour de la fëte de Dashain et les gens font la fête en famille. Tout est fermé. Pas un seul restaurant d'ouvert. Nos hôtes ayant eu un décès dans leur famille cette année ne font pas la fête. La jeune fille nous a fait un bol de nouilles chinoises.

La ville de Tansen rappelle Darjeeling par sa situation sur une pente raide. Nous n'avons pas si pourquoi les maisons sont si importantes. De quoi tirent-ils leurs richesses?
Nous avons fait une petite visite de temples.

18 octobre On roule toujours

Namaste,

Nepalgunj étant loin à l'ouest, il faut revenir vers Kathmandou. Guy et moi allons à la gare routière en tuc-tuc pour voir ce qui permet de nous avancer. Ce sont plustôt des bus de nuit et demain, c'est la fête de Dashain, il n'y aura que quelques bus. Nous décidons de continuer en voiture, plus cher, mais plus tranquille. Départ à 13h et arrivée à 19h dans un gros village. Nous nous installons chez l'habitant: une famille avec père, mère, garçon et fille d'environ 20 ans. Ils nous accueillent avec le sourire dans leur maison douillette. Nous sommes dans une région très peuplée. Les maisons sont hautes et se touchent.

17 octobre On roule

Namaste,

Nuit très très rustique. Le lit est une planche avec une couverture dessus et le sol est en terre. La lumière ne marche pas. Pas de salle de bains et surtout pas de WC. On fait donc sur le terrain derrière en évitant les précédents.
On se lève tôt pour un petit-déjeuner rustique, puis marche à pied pour traverser le torrent sur un pont pièton suspendu. 4x4 sur terrain chaotique pendant 2h, puis traversée du torrent, puis bus de ligne sur chemin défoncé. 10 h à se faire secouer avec tout de même un peu de goudron sur la fin. Arrivée dans la nuit à Nepalgung au même hôtel qu'à l'aller, grand hôtel tout neuf non entretenu. Douche bienvenue car la dernière datait du même hôtel. Le gag: les serviettes qui nous essuyaient avaient des tàches noires après la douche. Et pourtant, on a insisté sur le lavage.
Il faut dire que l'on en a bouffé de la poussière. Le pire c'est mon sac de trek; il est percé au moins 6 fois grâce aux mules qui l'ont frotté sur les rochers, il est décousu sur 5cm et sa couleur a changé du rouge au gris-beige. Marcel a lavé le sien avec son gant de toilette!

samedi 20 octobre 2018

16 octobre Retour en aventure

Namaste,

Jocelyne et Thierry nous quittent ce matin. J'avais prévu 2 jours de rab, mais nous sommes dans les temps. Kata a réussi à leur changer leurs billets d'avion pour rentrer sur Kathmandou qu'ils vont pouvoir visiter. Il est dit sur internet que des gens sont parfois bloqués 4 jours à Juphal et eux réussissent à avancer de 2 jours! Le bol.
Le reste de la troupe prend un 4x4 de Juphal à Tripirakot. Et là on marche sur la future route faite par l'armée sur des cailloux coupants. Nous croisons de multiples convois de mules qui remontent des denrées.
Après le passage d'un pont suspendu, nous reprenons un 4x4 qui nous emmène vers un village paumé. Les habitants ne voient pratiquement de touristes. C'est le Népal profond. Notre 4x4 prévu pour 4 personnes (en plus du chauffeur) fini à 22 personnes. Nous finissons épuisés à plus de 20h car la route est une piste complètement défoncée et très caillouteuse. Nos hanches souffrent
Le lodge est super rustique. Le dernier ménage date de l'année dernière On mange un Dal Bhat comme tout bon népalais.

15 octobre Fin du trek

Namaste,

Étape de descente avec tout de même 710m de montée; toujours ce plat népalais! Nous sortons du parc de Shey-Phoksundo. Puis croisons notre chemin de départ. Nous faisons donc une demi-étape à l'envers du départ de l'aéroport de Juphal et croisons de nouveau des habitants et de nombreuses cultures. A 4000m, il n'y avait que de l'orge, des patates et des choux.
Soirée de fin de trek avec un gâteau confectionné par notre cuisinier et partagé par toute l'équipe: nous 7, le guide et son adjoint, les 3 porteurs, les 2 muletiers et bien sûr le cuisinier. Les 8 mules n'ont pas eu le droit d'y goûter.
Sourée un peu triste contrairement à mes treks précédents. Et dernière nuit en tente.

14 octobre Chhepka

Namaste,

Toujours glacé ce matin. Les nuits deviennent meilleures.
Étape de descente, oui si l'on veut... Plutôt une étape de plat népalais. Nous retrouvons un peu de population avec des trekkeurs qui montent vers Pohksundo. Belle cascade au début.

vendredi 19 octobre 2018

13 octobre: le film "Himalaya, l'enfance d'un chef", ce n'est pas du chiqué!

Namaste,

Ce matin, nous avons donc pris la route du sel qui conduit en Chine via le Haut Dolpo. Cette route longe d'abord le lac Phoksundo pendant 2 jours.
Dès les premiers pas, on a été dans le bain car le chemin est très étroit et domine le lac. Quand il n'y a rien pour passer, ils ont mis des pierres sur lesquelles ils ont calé des rondins et sur ces rondins, ils ont mis des pierres relativement plates. Pour nous çà va, mais quand ce sont des yaks chargés, tout cela bouge. C'est pourquoi la séquence du yak qui tombe dans le lac est très réaliste.
Le chemin est en plus très raide. Jocelyne et Thierry ont fait le petit plus que pour la 1ère fois je n'ai pas fait et sont donc allés voir le cap suivant du lac.
Nous avons rencontré sur ce chemin une caravane de dzos et 2 de mules. Il faut se coller au rocher pour qu'elles passent. Dans un lieu plus plat, les habitants regroupent les yaks pour les faire descendre pour l'hiver, mais on en a vu quelques-uns qui s'échappaient en nageant dans le lac.
Normalement, nous n'avions pas le permis pour le Haut Dolpo (très cher), mais nous avons eu la permission de longer ce lac merveilleux sur une petite portion.

En début d'aprés-midi, séquence lavage des corps et des habits dans le lac pas bien chaud.

12 octobre Phoksundo

Namaste,

La nuit a été bonne pour tous après ces 2 journées difficiles. C'était bien gelé ce matin et la neige d'hier soir avait plâtré les pentes.
Départ tranquille sous un beau soleil. La vallée s'est élargie et nous avons bénéficié de paysages splendides; les sentiers très aériens nous ont rappelé que nous étions encore à presque 4000m.
En fin de matinée, nous avons aperçu un tout petit bout de ce fameux lac Phoksundo et nous avons retrouvé de la civilisation. Beaucoup de monde coupait l'orge à la faucille dans les champs.
Devant nous est apparu le magnifique village de Phoksundo aussi appelé Ringmo avec ses maisons aux ouvertures travaillées. Et naturellement le fameux lac dans toute sa splendeur turquoise. On campe légèrement au-dessus et on aperçoit le fameux chemin qui le longe, le chemin de la route du sel. Les curieux pourront voir sur internet quelques extraits du film "Himalaya l'enfance d'un chef" où l'on peut voir la fameuse séquence du yak qui tombe dans ce lac.
Nous avons visité une gompa de cette fameuse religion Bön antérieure au bouddhisme. Il n'y avait là qu'un seul moine. Les bâtiments tombent en ruine. J'ai été déçu car pour nous européens, rien ne différencie cette religion du bouddhisme.